phone_callback

Audience DASEN 07 : Point sanitaire - Directeur référent - Évaluation école

Réunis le 7 octobre 2021, les délégués du personnel SNUipp-FSU rendent compte de l’audience en présence de l’IA, l’IEN-Adjoint, la secrétaire générale, et deux personnels du pôle 1er degré. Plusieurs points évoqués à l’ordre du jour et des questions diverses ajoutés par le SNUipp-FSU.

Mis en ligne le - Mis à jour il y a 12 jours

1. Point sur la crise sanitaire

Les chiffres :

Le taux d’incidence ( nombres de cas positifs sur une durée de 7 jours pour 100 000 habitants) avoisine les 60 en Ardèche. Nous ne sommes donc pas encore concernés par l’abandon du masque pour les élèves de l’élémentaire.
Le SNUipp-FSU demande des précisions sur les modalités d’activation du protocole de niveau 1, c’est-à-dire celui qui permettrait aux élèves d’enlever le masque en classe. L’IA répond qu’il faut 5 jours en dessous de 50 pour passer au stade 1 du protocole, or le taux d’incidence ardéchois connait une petite remontée ces derniers jours.

L’IA annonce une quinzaine de classes fermées par jour en moyenne dûes à la détection d’un cas positif au sein de la classe. Il rappelle qu’il suit une politique d’application stricte du texte : seule la classe ferme et non l’école.

Du côté des personnels :

Les personnels vulnérables :

Le décret en application à cette rentrée distingue 2 types de personnes vulnérables :
- les “grands vulnérables” : éloignés de la classe pour lesquels il faut trouver des modalités de travail en distanciel. (1 seule situation en Ardèche)
- les “vulnérables” pour lesquels des aménagements sont proposés, (mise à disposition de masques) et qui travaillent en présentiel (une vingtaine de cas en Ardèche).

Les délégués du personnel SNUipp-FSU rappellent le courrier envoyé à l’IA demandant l’envoi des masques adaptés (type 2) pour les personnels concernés. L’IA répond qu’ils seront à disposition dans les circonscriptions et que chaque circonscription est libre d’organiser l’acheminement de ces masques dans les écoles des collègues concernés.

Obligation vaccinale :

Une seule situation de refus a trouvé une issue favorable : l’administration a proposé un autre poste à la personne concernée qui a accepté.

Les auto-test :

Le SNUipp-FSU demande des précisions quant à la politique des autotests. Le ministère annonçait un envoi régulier aux enseignant·es, or il n’y a pas eu d’envoi de boites dans les écoles en cette rentrée.
L’IA répond qu’un autre choix, plus économique, a été fait. Chaque personnel qui le souhaite fait une demande à l’IEN et il aura droit à 2 tests par semaine.

- Du côté des élèves : les tests salivaires

Le SNUipp-FSU demande des précisions quant à l’obligation ou non pour une école d’adhérer à une campagne de test.
L’IA explique que deux types de tests peuvent être déclenchés pour une école.
- la campagne préventive se fait à la demande des écoles
- des campagnes ciblées par l’administration qui ne se font qu’avec l’accord de la direction d’école

Le protocole de test diffère : il s’agit pour les élèves d’emporter des flacons à domicile qu’ils remplissent de salive puis rapportent ensuite à l’école.
Les 9 emplois contractuels Lutte Anti Covid ont été renouvelés. Ces personnels s’occupent des tests, du contact tracing et des enquêtes en ligne de la CPAM, du Rectorat.


2. Direction d’école

Le département répond à une commande ministérielle en nommant un directeur référent à titre expérimental. Cette nomination n’a pas fait l’objet d’aucun appel à candidatures, le département a saisi “l’occasion” d’une décharge de direction à 33% complétée à 50%. Les 17% restants (4h) sont utilisés pour remplir la mission de directeur référent par la directrice d’Alissas qui a accepté de remplir cette mission sous forme de permanence téléphonique. Les horaires ont été définies avec elle (mercredi de 10h à 11h et lundi et vendredi de 11h à 12h30). La lettre de mission est en cours de rédaction. Un téléphone portable professionnel et une boite mail dédiée lui sont fournis par l’administration.
Chaque directeur peut faire appel à cette personne pour une question “ Métier- direction” plutôt que d’interpeller l’IEN. Il s’agit de renforcer la solidarité entre pairs. Mais la directrice-référente” ne remplace pas l’IEN. Si la demande dépasse son champ de compétences, elle réoriente vers l’IEN.

Pour le SNUipp-FSU, ce dispositif fait doublon avec le tutorat entre pairs déjà mis en place dans le cadre de la formation continue des directeurs d’une part. Il rappelle au passage que la mise à disposition d’un téléphone professionnel est une demande forte de tous les collègues en charge de la direction. Il poursuit en rappelant que la solidarité professionnelle est une réalité qui n’a nul besoin de cadrage national d’autre part. Enfin, il rappelle que lorsqu’un·e collègue chargé·e de la direction ou non a besoin d’écoute ou d’aide en évitant de mettre son IEN dans la boucle, il se tourne vers les délégués du personnel qui sont pour certains d’entre eux également sur des postes de direction depuis de très nombreuses années ! Le SNUipp-FSU suivra de près l’évolution de ce dispositif et rendra compte à la profession.


3. Évaluations d’école

Le conseil d’évaluation des écoles (C2E), mis en place suite à la suppression du CNESCO par la Loi Blanquer pour une école de la défiance...pardon, confiance est en phase d’expérimentation depuis 2 ans. Désormais le ministère n’a pas d’évaluateur extérieur des politiques éducatives menées puisque les membres du C2E sont directement nommés par le ministre. 20% des collèges et lycées ont bénéficié du dispositif d’évaluation des établissements ces deux dernières années. L’objectif du ministère est d’évaluer toutes les écoles en 5 ans dont 20% cette année.
Dans la phase expérimentale (en début d’année), une première école va “bénéficier” de cette expérimentation St Symphorien Sous Chomérac primaire
Le dispositif d’évaluation, présenté comme un accompagnement, se déroule en deux phases.

Une phase d’auto évaluation

Elle pourra être réalisée sur une période d’un mois et sera décomptée des 108h. Il s’agit d’une phase d’auto-diagnosctic du fonctionnement de l’école dans quatre domaines :
• apprentissage et parcours
• climat scolaire.
• Acteurs et fonctionnement de l’école
• Environnement institutionnel et partenarial
L’IA explique que le rendu doit être simple (2 à 6 pages) et que cela constituera une aide à la mise à jour des projets d’école qui n’ont pas été renouvelés dans le département.
L’école-test réalise cette phase du 11 octobre au 12 novembre.

Une phase d’évaluation externe

Cette phase sera réalisée par trois personnels de l’Education Nationale (IEN, Inspecteur second degré, directeur d’école, chef d’établissement, enseignant) placés sur un plan d’égalité qui disposeront d’une formation spécifique à cet exercice. Ils ne pourront pas être issus de la circonscription de l’école concernée par l’évaluation.
Leur objectif, à partir de l’auto-évaluation, sera d’accompagner les équipes pour identifier les marges d’évolution. L’IA précise qu’il ne s’agira ni d’une inspection d’école, individuelle, ni d’un contrôle, ni d’un audit mais d’un moment d’échange entre professionnels pour aider à la prise de décision.
Le protocole d’évaluation, le temps de visite seront définis en lien avec l’équipe de l’école en fonction de l’auto-évaluation qui aura précédé.

La phase d’évaluation pourra durer deux à trois jours. Les évaluateurs pourront entrer dans les classes. Cela donnera lieu à un compte rendu qui pourra se faire sous la forme d’un diaporama qui sera transmis à l’IEN de circonscription. Ce document pourra constituer le projet d’école.

Analyse du SNUipp-FSU

Le SNUipp-FSU souligne un problème de dénomination entre la démarche expliquée et la terminologie utilisée. Le dispositif présenté par l’IA s’apparente à une aide extérieure à la rédaction du projet d’école et se place dans la philosophie d’accompagnement collectif du PPCR. Néanmoins, la politique ministérielle, qui en souhaite la suppression, va actuellement à contre-sens. Depuis 2017, la multiplication des guides, les changements de programmes, l’imposition des évaluations nationales, la formation continue et initiale contraintes et recentrés sur les fondamentaux, la mise au pas de la profession avec la loi Blanquer, la remise en cause du paritarisme avec la loi de la transformation de la fonction publique, la loi Rilhac actuellement étudiée,... ne placent aucunement la profession dans une position de confiance par rapport à toute nouveauté qui arrive de ce ministère !
L’accompagnement collectif avait été planifié dans le département sur trois ans lors de la mise en place du PPCR mais il n’a pas été suivi d’effets. Planifier des évaluations sur 5 années, avec la perspective des élections de l’an prochain, paraît difficile à tenir tant les priorités du ministère changent d’une année sur l’autre.
L’IA reconnaît qu’il sera très difficile d’évaluer 20% des écoles cette année.
Le SNUipp-FSU demande à ce qu’un point soit fait prochainement sur l’expérimentation en cours.


Questions diverses

Suivi des postes

3 postes vacants de TR n’ont pas été pourvus au mouvement de rentrée :
- St Just d’Ardèche,
- Le Cheylard,
- St Alban d’Ay

4 postes classes sont vacants et occupés par des TR :
- St Cyr
- Plat
- Coucouron
- Nozières


Contractuels

Trois contractuels enseignants ont été recrutés :
- IME Soubeyran,
- Segpa St Péray
- Nozières (le personnel recruté a abandonné)

Trois contractuels psychologues ont été recrutés :
- Annonay
- BSA
- Lamastre (le personnel recruté a abandonné)

Pour mémoire, quatre postes sur 20 restent vacants dans le département.
Face à l’absence de personnels psychologues sur certains secteurs, un travail inter-circonscription est en cours pour gérer les urgences.

Les délégués du personnel du SNUipp-FSU dénoncent une vraie difficulté structurelle sur le département qui dure depuis de nombreuses années. À l’évidence, les recrutements et l’attractivité des postes sont insuffisants. Cela interroge également sur les conditions et la charge de travail de ces personnels. C’est au final sur la qualité du service public d’éducation et sur la réussite des élèves que pèse le manque d’investissement dans ces fonctions.


État des lieux des démissions, rupture conventionnelle :

Cette année :
0 Rupture conventionnelle
1 demande de démission
1 demande de démission après 10 ans de dispo

L’année dernière :
3 ruptures conventionnelles accordées sur 5 demandes (faute de budget suffisant)
1 démission
2 Indemnité de Départ Volontaire


Avancement automatique :

Tous les collègues ayant changé d’échelon à partir du 1er septembre 2021 ne devraient avoir un effet financier rétroactif qu’à partir de janvier 2022.


Réunions de directeurs : quelle comptabilisation ?

D’une circonscription à l’autre, le nombre et la durée des réunions de directeurs diffèrent. Autres problématiques : la comptabilisation de ces heures (animation pédagogique, PDF, 108h) n’est pas claire et la forme des réunions varie de la convocation à l’invitation.
Le SNUipp-FSU rappelle la charge de travail exponentielle de la direction d’école et précise que tout le travail invisible doit être reconnu. Il n’est pas pas possible de “charger la barque” davantage. Si la réunion de rentrée fait partie des animations pédagogiques depuis que le SNUipp-FSU l’a obtenu il y a quelques années, les autres restent floues. Il demande à ce que toutes les réunions soient décomptées des animations pédagogiques, les 108 h étant largement explosées dans l’année et surtout utiles à la gestion de l’école.

Pour toute réponse, l’IA rappelle qu’une réunion doit être utile et que les réunions directeurs ne devraient pas dépasser 3 fois 2 heures sur l’année. Si certaines réunions sont prises sur les animations pédagogiques sur certaines circonscriptions, d’autres circo ne l’ont pas prévu à ce jour. Une harmonisation est prévue pour l’année prochaine.


Gestion des personnels ASH

Les personnels du 1er degré exerçant dans le 1er degré (ULIS, RASED…)
relèvent de l’IEN de leur circonscription d’origine. Pour ces personnels, l’IEN ASH exerce un rôle de conseiller technique.
Les autres personnels (ULIS collège, SEGPA, IME, Référent) sont sous la tutelle de l’IEN ASH. Ils adressent néanmoins leur demande d’autorisation d’absence au chef d’établissement dont ils relèvent.


Service civique

Le SNUipp-FSU demande des précisions sur ce dispositif.
Les écoles souhaitant en bénéficier peuvent déposer leur offre sur l’espace dédié en ligne (voir lettre d’info de la DSDEN n°1). Les recrutements sont permanents et le département dispose encore de possibilités de recrutement. Les offres peuvent être diffusées par les écoles pour tous les moyens souhaités.
Le SNUipp-FSU dénonce l’abandon des EVS direction en 2017 par le gouvernement qui pousse les écoles à avoir recours à ce type de recrutement précaire pour trop souvent pallier les problèmes de la direction d’école qui restent entiers.