www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de l’Ardèche

Vous êtes actuellement : Carte scolaire 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}

Documents joints


  • Déclaration liminaire des représentants du personnel du SNUipp
    PDF - 82.2 ko
    Télécharger

  • Plan de reprise départemental Ardèche def
    PDF - 127.5 ko
    Télécharger

  • plan_departemental_de_reprise_ARDECHE
    PDF - 2.1 Mo
    Télécharger
12 mai 2020

CTSD 11 mai : plan de reprise départemental

Ce CTSD extraordinaire avait deux points à l’ordre du jour : le plan de reprise départemental et le projet de fusion des écoles de Villeneuve de Berg.

Dans sa déclaration liminaire, le SNUipp-FSU est intervenu revenu sur les points suivants qu’il a largement développés. un métier à réinventer un contexte d’incertitudes Les incertitudes à l’origine du contexte de tension professionnelle Le ministre totalement déconnecté de la réalité des écoles Télécharger la déclaration liminaire du SNUipp-FSU :

PDF - 82.2 ko
Déclaration liminaire des représentants du personnel du SNUipp

Un long débat s’en est suivi. Il s’est prolongé lors de la discussion sur le plan de reprise départemental.

Télécharger le plan de reprise départemental (version CTSD, une partie sur les masques sera rajoutée sur la version finale) :

PDF - 127.5 ko
Plan de reprise départemental Ardèche def

Version finale :

PDF - 2.1 Mo
plan_departemental_de_reprise_ARDECHE
1. Plan de reprise départemental

Les points saillants sont les suivants.

  • la possibilité de travail en distanciel des enseignants-parents ne souhaitant pas placer leurs enfants à l’école

Le SNUipp a souligné que la temporisation de l’application de cette décision nationale dans le département a placé nombre de collègues parents et par voie de conséquence d’équipes dans l’incertitude sur l’organisation qu’ils peuvent envisager. Il se félicite que ses interventions aient abouti mais regrette le positionnement de blocage du département qui refusait encore les demandes dimanche en journée.

L’IA reconnaît que c’est possible depuis jeudi 7 mai et qu’une note de cadrage a été envoyé au recteur ce dimanche.

  • la responsabilité juridique des enseignants/directeurs

La responsabilité des directeurs pourraient être engagée seulement s’ils omettent d’alerter sur l’absence évidente d’éléments permettant la mise en place du protocole (manque de savon…). D’une manière générale, l’Etat sera le seul responsable. Il prend l’exemple de la limitation du brassage des élèves et explique que les enseignants ne peuvent ni contrôler ou être tenus pour responsables du mouvement des élèves qui franchiraient les limites de distanciation.

  • la livraison de masques dans les écoles

Le SNUipp fait remonter les interpellations d’écoles signalant l’arrivée des masques dans des enveloppes craft, sans emballage supplémentaire. Ce mode de conditionnement laisse penser à des manipulations antérieures et remet en question la neutralité des masques.

L’IA explique que l’insuffisance du stock actuel a contraint les circonscription à établir des lots par écoles. L’IA a déclaré que ces manipulations ont été réalisées dans le respect du protocole sanitaire.

  • la continuité pédagogique des élèves à distance

Si le plan de reprise prévoit leur prise en charge par des enseignants dédiés (c’est à dire eux-mêmes à distance), à ce jour, aucune répartition d’élèves entre des personnes distanciés n’a été établie. La plupart du temps, les écoles ont élaboré une organisation interne pour leur prise en charge. D’une manière générale, les effectifs accueillis en présentiel semblent être faibles.

  • l’élaboration de l’organisation des écoles

La circulaire ministérielle indique les étapes suivantes : 1 plan de reprise départemental arrêté par le DASEN - 2 Les directeurs informent les conseils d’école de l’organisation choisie - 3 Les familles sont contactées pour faire un choix en connaissance de cause. Le SNUipp-FSU regrette que la démarche adoptée au niveau départemental soit à l’inverse de ce qui aurait dû être mis en place. Les équipes attendaient le plan de reprise départemental dans la suite de la circulaire nationale afin d’y confronter leur projet d’accueil avant présentation aux conseils d’écoles. Au final, ce plan n’apporte guère de précisions par rapport à la circulaire nationale et on peine à y voir les adaptations locales. Nous constatons qu’une seule modification : la circulaire ministérielle ne propose que des organisations permettant le retour progressif de tous les élèves, mais le DASEN de l’Ardèche a ajouté dans le plan départemental une nouvelle possibilité d’organisation même si elle ne permet pas le retour de l’ensemble des élèves : “la constitution d’un seul groupe en présentiel sur les 4 jours de classe pour les classes structurellement supérieures aux plafonds autorisés.

Concernant les organisations retenues, elles sont multiples et propres à chaque école. Le SNUipp est intervenu à plusieurs reprises pour que les choix des équipes soient respectées.

L’IA a rappelé qu’en cas d’absence d’un enseignant qui ne peut être en présentiel, la classe n’est pas fermée et les élèves de cette classe dont les parents ont fait le choix d’un retour à l’école doivent être attribués aux groupes des enseignants en présentiel.

2. Projet de fusion des écoles de Villeneuve de Berg

D’après l’IA, le maire a évoqué le projet de fusion avec lui. Suite au départ de la directrice de l’élémentaire, à l’accord de la directrice de maternelle et de la mairie pour une éventuelle fusion, l’IA pourrait bloquer le poste de direction de l’élémentaire au mouvement afin d’accompagner la fusion si le vote du conseil municipal et les avis des conseils d’école vont dans ce sens.

Le SNUipp-FSU intervient sur plusieurs points.

- Le projet de fusion est un choix local porté par la communauté éducative que le SNUipp respecte. A ce jour, la démarche de débat n’est pas achevée : ni les conseils d’école, ni le conseil municipal ne se sont réunis. Les consultations doivent pouvoir aller à leur terme.

- La fusion peut apparaître pour certains comme une solution pédagogique et organisationnelle nouvelle et davantage fonctionnelle, pour le SNUipp-FSU elle ne change en rien les capacités des écoles actuelles à travailler ensemble.

- Le SNUipp rappelle l’historique de la vague de fusion dans le département (entre 2005 et 2010). La fusion d’écoles a un effet mécanique simple en carte scolaire : le grossissement de la structure qui amène inéluctablement à terme une fermeture de classe. Certes, une fermeture de classe en maternelle était programmée parce qu’ils manquait 12 élèves. Dans une école à 10 classes, à 12 élèves près sur plus de 220, l’administration ne se posera pas de questions pour fermer.

- L’école maternelle détient une spécificité qui disparaît avec la fusion. Dans les écoles primaires, ce sont trop souvent les classes maternelles qui font office de variable d’ajustement.

- Une école multi-site est complexe à gérer et n’apporte rien de plus au fonctionnement. L’exemple de Vogüé est éloquent en la matière.

- On ne peut pas changer les règles en cours d’année. Les fusions sont prononcées en carte solaire en février pour une mise en application pour tous dans la liste des postes du mouvement. Proposer un changement particulier et bloquer un poste au mouvement alors que le serveur est ouvert ne s’est jamais vu ! Il y aurait un précédent procédural que le SNUipp-FSU dénoncerait avec force.

 

39 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 07 Maison des syndicats 25 Av. de la gare 07000 PRIVAS
- Tél : 04 75 64 32 02
-  Fax : 04 75 64 43 38

GIF - 45.3 ko

snu07@snuipp.fr

Permanences à la section tous les jours de 9h à 12h30 - 13h30 à 17h

le mercredi permanence téléphonique de 10h à 12h

Où se trouve la section du SNUipp-FSU 07 ? Voir le plan

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de l’Ardèche, tous droits réservés.