www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de l’Ardèche

Vous êtes actuellement : Système éducatif 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
18 janvier 2020

Évaluations CP : nouvelle année, même recette

Du lundi 20 au vendredi 31 janvier, seront à nouveau proposées aux élèves les évaluations mi-cp en mathématiques et français. Identiques à celles de l’an passé, elles ont, cette année, été précédées par un rapport de l’inspection générale venu appuyer la communication de la rue de Grenelle.

Pour mener leur enquête, les inspecteurs généraux se sont déplacés dans 43 écoles choisies par les DASEN des départements concernés, ce qui oblige les rapporteurs à prévenir que cela ne constitue pas un échantillon représentatif. Et malgré le choix des écoles, qu’on imagine volontiers triées sur le volet, un tiers tout de même des personnels interrogés ont marqué leur indifférence vis-à-vis de cet outil aux inspecteurs de la rue de Grenelle. Et quand ceux-ci, voient dans la disparition des « évaluations maisons » de début d’année une évolution positive, on pourrait tout au contraire y voir la traduction concrète de la dépossession de la professionnalité des équipes au service d’un outil qui ne sert finalement que la communication ministérielle. Car si 2/3 des enseignantes et enseignants visités disent adhérer aux évaluations, ils sont tout autant à ne pas savoir qu’en faire.

Teaching to the test

Ces évaluations, le ministère souhaite les utiliser pour repenser les enseignements du cycle 1 et 2. Une volonté de pilotage des apprentissages par les évaluations que d’autres pays ont déjà essayé. Cette dérive, bien connue sous le nom de « Teaching to the test » consiste à prioriser les enseignements sur ce qui est évalué dans les tests standardisés. Ce recentrage sur les compétences instrumentales dites « fondamentales » ne permet pas, bien au contraire de lutter contre les inégalités sociales de destin scolaire. Une dérive que le SNUipp-FSU ne cessera de dénoncer et qui l’amène à soutenir toutes les actions menées par les écoles contre cette dé-professionnalisation du métier. Une lettre commune signée d’un collectif d’associations professionnelles, de mouvements pédagogiques et d’autres syndicats est partie à l’adresse du ministre pour lui rappeler l’opposition partagée à ce dispositif d’évaluations et dénoncer les pressions que subissent certaines équipes.

Un observatoire du métier

Dans le même temps, le syndicat propose à tous les enseignants et les enseignantes de se saisir de l’observatoire du métier qu’il a mis en place en novembre dernier, pour témoigner de ce qui fait le quotidien du métier. Les empêchements, les injonctions, mais aussi à l’inverse toutes les trouvailles, réussites et projets d’équipe qui permettent de continuer à trouver du sens et à tout mettre en œuvre pour conduire les élèves à progresser dans leurs apprentissages.

Le courrier commun

A l’attention de M. Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse
Monsieur le Ministre,
Les évaluations standardisées imposées en CP-CE1 dépossèdent les enseignant·e·s de leur métier et génèrent du stress aussi bien pour les Professeur·e·s des Écoles, qui ne sont donc plus concepteurs ou conceptrices mais exécutant·e·s, que pour les enfants qui pour nombre d’entre eux et elles dès la rentrée scolaire sont placé·e·s en situation d’échec.
De surcroît, les résultats sont analysés par des logiciels qui disent aux enseignant·e·s comment travailler avec leurs élèves, alors même que leur métier consiste à interpréter les productions de leurs élèves pour adapter leurs enseignements.
A la suite, des pseudo-formations sont imposées non pas pour renforcer la professionnalité enseignante mais pour réduire la réflexion à l’examen des résultats de ces tests. Ces formations, au prétexte de répondre aux manquements de nos enseignements, s’emparent de tout l’espace de formation.
Par ailleurs, nous constatons des pressions sur les collègues de la part de leur hiérarchie, pouvant aller parfois jusqu’à des menaces, relatives à la non-passation de la première phase des évaluations et la non-remontée des résultats.
De plus, le ministère a communiqué les résultats comme étant très satisfaisants. Or, à la lecture attentive des données de la DEPP, il en est tout autrement !
Si quelques résultats positifs sont notés ils se révèlent être de très faible ampleur au vu des moyens déployés. C’est l’ensemble de ce système d’évaluation et ses finalités que nous dénonçons, système qui génère un pilotage par l’évaluation de l’enseignement et de l’enseignant·e engendrant ainsi une mise en concurrence des équipes et des écoles. Par conséquent, c’est un resserrement du métier d’enseignant·e qui s’opère dès la formation sur des savoirs étriqués et des pratiques standardisées.
Le fait que l’immense majorité des enseignant.e.s ait fait passer les évaluations standardisées ne doit pas laisser entendre que ceux-ci et celles-ci les soutiennent ou les valident. Ce qui est dénoncé, c’est la négation de la professionnalité enseignante, c’est l’appauvrissement des contenus d’enseignement desservant particulièrement les enfants les plus éloignés de la culture scolaire, ce qui conduira inévitablement à une augmentation des inégalités scolaires.
Nous vous demandons de bien vouloir nous recevoir afin que nous puissions échanger avec vous sur tous ces retours et nos inquiétudes.

Télécharger le courrier en PDF

PDF - 248.3 ko
Courrier evluations

 

38 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 07 Maison des syndicats 25 Av. de la gare 07000 PRIVAS
- Tél : 04 75 64 32 02
-  Fax : 04 75 64 43 38

GIF - 45.3 ko

snu07@snuipp.fr

Permanences à la section tous les jours de 9h à 12h30 - 13h30 à 17h

le mercredi permanence téléphonique de 10h à 12h

Où se trouve la section du SNUipp-FSU 07 ? Voir le plan

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de l’Ardèche, tous droits réservés.