www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de l’Ardèche

Vous êtes actuellement : AVS- EVS-AESH 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
4 février 2019

Réunion d’info syndicale AESH : compte-rendu

Compte-rendu des réunions d’information syndicale de novembre 2018

En tout premier lieu, les réunions d’information syndicale permettent aux AVS de sortir de leur isolement. Beaucoup des personnes qui y ont assisté sont venues nous remercier avant de partir de leur avoir offert ce lieu et ce temps d’échange et regrettaient que les réunions ne durent pas plus longtemps. Un grand merci en retour pour votre présence, votre accueil chaleureux et votre gratitude !

Lors de ces réunions, plusieurs thèmes ont été récurrents.

Affectation

- Cette rentrée a été difficile pour la plupart des AVS. Le nouveau fonctionnement de l’administration qui consiste à nommer les personnes sur des établissements et non des élèves y est pour beaucoup.

Il apparaît que dans de nombreux cas, les élèves n’ont pas le nombre d’heures qui leur a été notifié, par manque de personnel recruté. Les élèves empêchés d’école ou au comportement perturbateur sont privilégiés au détriment des « dys » laissés de côté. A l’inverse, quelques AVS se retrouvaient encore fin novembre sans élèves pendant des temps allant de 3 à 12 heures, qu’ils/elles dédient à des élèves sans notification, mais présentant des troubles du comportement pour certains cas.

Les chefs d’établissements n’avaient pas tous été prévenus de l’arrivée d’AVS. Personne ne pouvait donc leur indiquer quels élèves suivre et encore moins le nombre d’heures. Une AVS s’est aperçue en réunion d’équipe de suivi qu’un élève n’avait pas 19 mais 9 heures d’accompagnement.

Dans les cas, plus fréquents encore cette année, où l’AVS doit suivre 3 élèves voire plus (jusqu’à 14 dans un lycée professionnel, 6 en école primaire), il y en a forcément toujours au moins un qui est lésé, l’AVS est contrainte d’aller s’occuper d’un autre élève, de se rendre dans une autre classe alors que l’exercice n’est pas terminé.

- Il est souvent signalé des emplois du temps avec changement de classe pendant les récréations, mais aussi des accompagnements limités à 45 minutes par élève afin de pouvoir tous les accompagner pendant les apprentissages fondamentaux…

En lycée professionnel, dans une même classe, il y a 4 élèves avec notification, deux autres sont en attente de notification et un autre est dyslexique, pour une seule AESH qui est à la fois scripteur et lecteur. Des AVS ont vu leur affectation modifiée deux semaines, voire plus, après la rentrée.

Formation :

Un thème qui revient toujours. La formation initiale n’étant pas satisfaisante, les AVS se retrouvent démuni.es face à certains comportements, aux violences dont ils/elles peuvent être victimes de la part des enfants accompagnés, des gestes techniques qu’on leur demande d’effectuer et pour lesquels aucune formation n’a été prévue (massages respiratoires, manipulations de fauteuil à toilette…).

Les AVS regrettent aussi qu’il n’y ait pas de remise à niveau régulière de la formation aux gestes de premiers secours.

Lors des audiences de juin de la FSU au Rectorat et à la DSDEN, des avancées avaient été obtenues : les AESH peuvent à présent bénéficier des formations proposées aux enseignants. Des contraintes ont toutefois été mises par l’administration, en effet pour pouvoir participer à ces formations, il faut que l’AESH suive cette année un enfant avec le handicap abordé et que l’enseignant avec lequel/laquelle il/elle travaille suive cette formation aussi.

Cette année, seules deux AESH ont pu bénéficier de la formation « Elèves avec troubles du comportement ». Pour l’année prochaine, il est conseillé aux AESH de consulter très vite à la rentrée le calendrier des formations proposées sur Gaia car les inscriptions sont closes avant la fin du mois de septembre.

Lors de la réunion d’Annonay, il a été décidé de demander une audience à l’Inspectrice de circonspection dans le but de mettre en place un temps de parole et si possible d’analyse de la pratique.

Problèmes de reconnaissance :

Il nous a été rapporté un nombre conséquent de remarques désagréables, voire de mépris, de la part de la hiérarchie, lorsque, contactée pour des problèmes divers. « Votre cas ne fait pas partie de nos priorités, si vous n’êtes pas content.e, vous n’avez qu’à démissionner !, vous n’avez qu’à prendre un autre travail si ça ne vous suffit pas !... ».

Les vœux et les problèmes de distance entre l’habitation et les établissements ne sont pas pris en compte et les AVS ne sont pas écoutées quand ils/elles téléphonent pour le signaler.

Des difficulté de dialogue et des problèmes de répartition des tâches avec des enseignants ou des personnels des établissements. Des tâches qui ne font absolument pas partie de leurs missions sont attribuées aaux AVS : ménage, déménagement de matériel, de mobilier, surveillance de la cour.

Des AVS ont fait remarquer aussi le peu de prise en compte de leurs besoins : dans un collège un seul casier pour les 7 AVS de l’établissement, dans un autre, il a fallu attendre le mois de novembre pour que des casiers soient mis à disposition des AVS.

Salaires :

Les AESH en CDD et CDI ont vu leur salaire mensuel baisser de 7 euros, et ce en raison de la suppression du montant compensatoire lié à l’augmentation de la CSG, ce qui met certain.es dans des situations plus délicates qu’elles ne l’étaient déjà.

Les AESH font remarquer aussi leur incompréhension quant à la baisse de leur salaire au passage du contrat CUI au CDD, la baisse est conséquente : plus de 50 euros mensuels et les deux années d’ancienneté ignorées.

Et surtout des problèmes de salaires versés avec au moins une semaine de retard pour le mois de septembre mettant des personnes en grande difficulté avec leur banque : découvert ayant entraîné facturation d’agios, menace d’interdiction bancaire.

Pour les AESH en CDI depuis plus de trois ans, la revalorisation n’a toujours pas été prise en compte.

Contrat :

La diversité des contrats est récurrente : un temps de travail journalier calculé avec une répartition sur 45, 41, 40, 39 ou encore 36 semaines. Dans un cas, l’AESH a un contrat où il est noté 45 semaines et l’administration lui dit que sur leurs exemplaires est inscrit “41 semaines” et qu’elle doit corriger l’erreur sur le sien !

Les conditions de renouvellement, de passage de CUI à CDD comme de CDD à CDI restent floues. Une personne signale qu’à 10 jours de la fin de son 6ème CDD elle n’a toujours pas été contactée pour l’entretien préalable à l’embauche en CDI.

Des AESH qui demandaient une augmentation ou réduction de leur temps de travail ont reçu un refus sans appel, quand de nouveaux contrats sont rédigés avec les temps de travail demandés.

Elections professionnelles :

La plupart des AVS n’ont pas leur Numen, l’administration en a été informée et devait le leur faire parvenir avant les élections. Finalement des courriers sont arrivés au milieu de la semaine électorale, datés du 26 novembre.

 

37 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 07 Maison des syndicats 25 Av. de la gare 07000 PRIVAS
- Tél : 04 75 64 32 02
-  Fax : 04 75 64 43 38

GIF - 45.3 ko

snu07@snuipp.fr

Permanences à la section tous les jours de 9h à 12h30 - 13h30 à 17h

le mercredi permanence téléphonique de 10h à 12h

Où se trouve la section du SNUipp-FSU 07 ? Voir le plan

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de l’Ardèche, tous droits réservés.