www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de l’Ardèche

Vous êtes actuellement : 108 heures 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
9 novembre 2016

APC : des outils pour arrêter

Le SNUipp-FSU appelle la profession à amplifier la mobilisation pour gagner ensemble la fin des APC et obtenir une redéfinition du temps de travail des enseignants du primaire en vue de sa réduction.
JPG - 36.9 ko

Lancée à la rentrée, la campagne pour «  Gagner ensemble la fin des APC  » comptabilise aujourd’hui plus de 37 000 engagements.


- C’est une première victoire pour le SNUipp-FSU qui a réussi à ouvrir le débat dans les salles des maîtres sur la réduction du temps de travail et la reconnaissance du travail invisible.

Fort de cette volonté exprimée par la profession, le SNUipp-FSU s’est adressé à la ministre pour l’informer de l’appel national à ne plus mettre en œuvre les APC et pour demander l’ouverture de discussions sur les obligations réglementaires de service des enseignants du premier degré.

A plusieurs reprises et notamment au moment des discussions autour du nouveau décret sur les ORS, le SNUipp-FSU a porté la reconnaissance des nombreuses missions non prises en compte aujourd’hui dans le temps de travail et la récupération du temps pour gagner en autonomie et en efficacité pédagogique.

La ministre fait la sourde oreille à la demande légitime d’une grande partie de la profession. Le SNUipp-FSU ne se satisfait pas d’une fin de non-recevoir et d’un seul rappel à la réglementation.

Il appelle la profession à amplifier la mobilisation pour gagner ensemble la fin des APC et obtenir du ministère des engagements pour la redéfinition du temps de travail des enseignants du primaire en vue de sa réduction.

S’engager davantage pour peser

Le SNUipp appelle la profession à continuer de s’engager pour peser sur les discussions qui s’ouvriront. Si ce n’est déjà fait, engagez-vous (cliquez sur l’image).

JPG - 45.1 ko

Se connecter à son espace personnel

Des outils pour expliquer


- Les APC, ce n’est pas efficace pour nos élèves :

Word - 157.5 ko


- Les APC, c’est une surcharge pour les équipes :

Word - 46.5 ko


- La lettre aux parents :

Word - 25.5 ko
Lettre aux parents


- Le 4 pages spécial

JPG - 154.8 ko

]

Fin des APC, comment faire ? Questions-réponses

A partir de quand ne met-on pas en place les APC ?

Dès maintenant ou après la première période si elles sont été lancées à la rentrée.

La consigne est lancée, quels seront les « risques » ?

L’administration pourrait tenter d’exercer des « pressions » auprès des enseignant-es engagé-es dans la consigne syndicale du SNUipp-FSU. Mais la démarche engageant au moins 35 000 collègues au plan national à suspendre les APC permet de créer un rapport de force plus élevé qu’un simple face-à-face entre un-e enseignant-e et son IEN.

Ne pas mettre en place les APC, est-ce un « service non fait » ?

En principe, ne pas remplir la totalité de ses obligations de services peut être considéré comme un « service non fait ». Et un «  service non fait », comme une journée de grève par exemple, entraine un retrait de salaire. En réalité, le temps des APC est un temps annualisé, il ne pourrait y avoir de sanctions financières avant même que ce temps ne soit écoulé. C’est pourquoi le rapport de force que nous voulons construire doit être le plus large et le plus collectif possible (voir la question précédente).

Je suis seul-e dans mon école à vouloir m’engager à ne plus mettre en place les APC, est-ce possible ?

L’idéal est d’être le plus nombreux possible mais cela n’empêche pas une partie des enseignant-es de l’école de s’engager dans la consigne syndicale tandis qu’une autre partie continue de mettre en place les APC. Pour autant, la préoccupation du temps de travail est une préoccupation constante pour toutes les équipes. Bien évidemment, les enseignant-es mettant en place les APC en début d’année pourront ensuite rejoindre en cours d’année la consigne syndicale.

Concrètement si on ne met plus en place les APC, que fera-t-on de ce temps dégagé ?

Cette heure hebdomadaire dégagée permet de travailler autrement, notamment pour se concerter et échanger entre enseignant-es tout en dégageant du temps pour rencontrer les parents. Actuellement, les enseignant-es consacrent en moyenne 2h30 par semaine à ces activités, soit quasiment le double du temps prévu dans les 108 heures. A cette rentrée, nouveaux programmes, nouveaux cycles, nouveaux parcours, nécessitent du temps de concertation, d’appropriation, de conception collective que l’institution ne fournit pas. Le SNUipp-FSU mettra à disposition des enseignant-es des outils permettant de montrer que ce temps dégagé est utilisé au service de l’école et des élèves. Cela favorisera également la compréhension des familles.

 

26 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 07 Maison des syndicats 25 Av. de la gare 07000 PRIVAS
- Tél : 04 75 64 32 02
-  Fax : 04 75 64 43 38

GIF - 45.3 ko

snu07@snuipp.fr

Permanences à la section tous les jours de 9h à 12h30 - 13h30 à 17h

le mercredi permanence téléphonique de 10h à 12h et de 14h à 16h

Où se trouve la section du SNUipp-FSU 07 ? Voir le plan

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de l’Ardèche, tous droits réservés.