www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de l’Ardèche

Vous êtes actuellement : Mouvement, Changer de département  / MOUVEMENT DEPARTEMENTAL 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
22 mai 2015

MOUVEMENT 2015 : ANALYSE ET COMPTE RENDU

SOMMAIRE DE l’ARTICLE :

- Déclaration liminaire et analyse
- Compte rendu

Déclaration liminaire du SNUipp-FSU

Analyse du mouvement

La période du mouvement est et reste un moment clé de la vie des collègues dans les écoles. De ses résultats dépendra la vie familiale, personnelle et professionnelle des collègues y ayant participé.

- Cette année, 463 collègues ont postulé, seuls 182 ont obtenu satisfaction, soit moins de 40%. Si on enregistre une légère amélioration par rapport aux résultats de l’an dernier, c’est en majeure partie dû au déblocage des postes réservés pour les PES. Au final, on reste très loin des 55% de satisfaction observés avant la mise en place de la circulaire mobilité en 2008. Plus que le taux de satisfaction, c’est aussi l’étude du barème et notamment de l’AGS des collègues restés sans poste qui démontre combien les modifications imposées par cette circulaire sont contre-productives, sclérosantes et injustes.

- En effet, l’AGS moyen des collègues “sans poste” a presque doublé sur la période 2007/2015, passant de 5 ans dans les années 2007/2008 à plus de 9 ans à ce mouvement. Pour cette étude, il y a lieu de calculer cette moyenne hors PES dont la variation du nombre fausserait les calculs. Si l’AGS a fortement augmenté, c’est que, dans le même temps, on a connu une explosion des autres éléments du barème. Pour preuve, si on observe le poids relatif de l’AGS dans le barème, il passe de plus 80% du barème moyen en 2008, et ne représente plus que moins de 60% cette année.

- On notera enfin que plus de 10% des collègues sans poste à ce mouvement le sont depuis 5 ou 6 ans, inacceptable !

Ainsi, année après année, toutes les observations confortent les analyses que les délégués du personnel du SNUipp-FSU ont produites dès la parution de la circulaire ministérielle.

Si au plan départemental, par l’action des délégués des personnels du SNUipp-FSU plusieurs évolutions ont été obtenues : précision des voeux au second mouvement, passage de 6 à 1 voeu secteur obligatoire, réservation de poste d’un an pour les collègues en congé parental… A force d’interpellations, les délégués des personnels du SNUipp-FSU ont obtenu l’engagement de l’administration départementale qu’un travail serait mené très rapidement après la rentrée sur la question du mouvement. Ils veilleront à ce que ce travail soit effectivement mené et y porteront des propositions débattues avec la profession.

Mais il faut désormais que les contraintes imposées par la circulaire nationale “sautent” : rééquilibrage du barème pour une plus grande prise en compte de l’AGS, retour à 100 voeux, suppression des voeux géographiques obligatoires, retour à une deuxième campagne de voeux, poste de repli en cas de fermeture. …

C’est tout le sens des interventions initiées par le SNUipp-FSU. Parfois un axe unitaire a été possible, comme pour l’interpellation du ministre ou la déclaration liminaire, et nous nous en félicitons. A défaut, le SNUipp-FSU a pris ses responsabilités et a assumé seul le lancement de la pétition “Mouvement, il faut que ça bouge !”.

En matière de mouvement comme sur d’autres sujets, nous pensons que la mission de la hiérarchie ne peut et ne doit se cantonner à la justification passive de décisions venant du niveau supérieur. La hiérarchie devrait œuvrer à l’amélioration des dispositifs en intervenant pour lever les blocages et rendre le dispositif plus juste, plus efficace et plus fluide.

Des inquiétudes

Pour terminer sur ce dossier, nous voudrions faire part de notre inquiétude au regard de la liste des postes vacants à l’issue de cette première phase du mouvement.

D’une part, on observe un accroissement du nombre de postes de direction vacants à l’issue du mouvement. De plus, 42 collègues directrices-teurs ont postulé. Parmi ceux-ci, 13 ont obtenu une nouvelle affectation sans direction, la grande majorité a clairement exprimé dans ses voeux la volonté de ne plus assurer les fonctions de direction. Ces données en disent long sur l’urgence à traiter de la situation des collègues directeurs ! D’autre part, les deux postes de l’Itep d’Eclassan sont restés vacants, c’est inquiétant ! Les événements qui se sont déroulés cette année ont, sans aucun doute, eu un effet dissuasif ! La question est posée quant à la mise en place par l’administration de conditions sereines et sécurisantes à l’installation des futurs collègues ! Nous attendons sur ce point tout particulier des réponses concrètes.

Les programmes et les négociations salariales

Deux autres dossiers marquent entre autre cette fin d’année scolaire : les négociations salariales et la consultation sur les projets de nouveaux programmes.
- Depuis plusieurs semaines, un cycle de discussions sur les rémunérations se déroule avec la ministre de la fonction publique. Cette dernière voudrait les terminer d’ici le 15 juin alors qu’aucun texte, même provisoire n’a été transmis aux organisations syndicales. Le point d’étape sur ce qui n’est encore que du domaine de l’oral indique d’une part, qu’aucune proposition d’évolution de la valeur du point d’indice n’a été présentée, seules des évolutions de grilles l’ont été, et d’autre part, que l’application de toutes les autres propositions est repoussée après les élections présidentielles de 2017, voire pour certaines après les élections de 2022 ! C’est surréaliste, insultant et inacceptable !

Le constat est lourd de sens. Ce gouvernement, comme les précédents, a montré son engagement et son empressement à améliorer la situation financière de la partie la plus favorisée de la population de ce pays. Dans le même temps, notamment au travers de la loi Macron, il dégrade la situation des travailleurs du privé comme du public. La FSU a pris l’initiative de rechercher un cadre unitaire le plus large possible afin d’exiger des propositions de nature à conjurer la baisse du pouvoir d’achat de ces dernières années et à revaloriser nos professions.

- En cette fin d’année, au moment où les agendas sont les plus tendus, au moment aussi où les 108 heures sont largement consommées souvent dépassées, la Ministre de l’éducation lance la consultation sur les programmes de cycle 2 à 4 en faisant le choix de ne pas créer les conditions qui permettent l’engagement des personnels. Une nouvelle preuve de l’absence de reconnaissance de la charge de travail des enseignants du premier degré dont la ministre considère sans doute qu’ils ne travaillent que 24 heures par semaine ! Pourtant, il est indispensable que ceux qui auront à mettre en oeuvre ces programmes puissent faire valoir leur avis et leurs apports. Le SNUipp-FSU de l’Ardèche s’est adressé à l’administration départementale sur cette question pour tenter de prendre en compte le temps nécessaire pour cette consultation. Nous serons attentifs aux réponses qui seront apportées au cours de cette CAPD et qui définiront l’engagement de la hiérarchie départementale sur cette question.

Début juin, le SNUipp-FSU organise la troisième série des réunions d’information syndicale. Les points évoqués dans cette déclaration seront débattus à cette occasion avec la profession.

Compte rendu (extrait du supplément à l’Emancipation)

Au delà du mouvement, le SNUipp a porté à l’ordre du jour un certain nombre de questions :
- Envoi des fiches de paye

L’administration avait décidé, contre l’avis des délégués du personnel du SNUipp, de modifier la procédure d’envoi des fiches de paye (envoi à l’adresse professionnelle et non à l’adresse personnelle). Une circulaire avait été envoyée à tous les personnels en novembre précisant ces nouvelles modalités.
- Pour couvrir à la fois la période d’été et les changements d’affectation, tous les personnels recevront leurs bulletins de salaire à domicile pour la période de juin à octobre 2015.


- Pass’Education

Les délégués du personnel du SNUipp-FSU interrogent l’administration sur les modalités en place pour obtenir le Pass’Education. Ils demandent que l’information sur ces modalités parvienne à tous les personnels avec le prochain envoi des bulletins de paye.
- Une demande écrite est à formuler à la DIPER, accompagnée d’une photo de petit format. A noter que les pass’ éducation sont valables jusquà la fin de l’année 2015. Pour leur renouvellement, le ministère n’a transmis aucune directive.


- Inéat/Exéat

Les délégués du personnel du SNUipp-FSU demandent que ce point puisse être traité dès cette CAPD. La directrice académique attend de pouvoir affiner la vision de l’équilibre poste/personnel du département avant de se positionner.
- Procédure d’inspection

Les délégués du personnel du SNUipp-FSU rappellent qu’un travail doit être mené sur la question de l’avancement (CAPD du 18/11/14). Ils demandent à ce qu’un premier groupe de travail puisse se réunir avant la fin de l’année afin qu’il dresse le contour des questions en débat. La directrice académique confirme la convocation de ces réunions.

 

14 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 07 Maison des syndicats 25 Av. de la gare 07000 PRIVAS
- Tél : 04 75 64 32 02
-  Fax : 04 75 64 43 38

GIF - 45.3 ko

snu07@snuipp.fr

Permanences à la section tous les jours de 9h à 12h30 - 13h30 à 17h

le mercredi permanence téléphonique de 10h à 12h et de 14h à 16h

Où se trouve la section du SNUipp-FSU 07 ? Voir le plan

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de l’Ardèche, tous droits réservés.