www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de l’Ardèche

Vous êtes actuellement : Début de carrière  / Archives début de carrière 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
29 octobre 2014

Audience au rectorat concernant la formation initiale

Compte rendu de la rencontre du 16 octobre.

Depuis le début de l’année scolaire, les représentants des personnels de la FSU (SNUipp, SNES, SNEP et SNUEP) vont à la rencontre des étudiants et des stagiaires sur leur lieu de formation. Lors de ces rencontres, ils ont fait remonter nombres d’aberrations concernant leur formation initiale. Une délégation de huit représentants du personnel de la FSU (SNUipp, SNES, SNEP et SNUEP) s’est rendue à Grenoble afin de rencontrer M. le Recteur autour des questions de la formation initiale et notamment des parcours de formation adaptés.

Ils y ont décrit les nombreuses situations difficiles rencontrées par les stagiaires et contractuels que ces derniers nous ont fait remonter lors de nos permanences dans leur centre de formation. À ce titre, les plus de 250 signature de la pétition « stagiaires 2014-2015 » rédigée par la FSU ont été présentées à M. le recteur.

Ont été évoqués les points suivants :

- Les problèmes liés au contenu de la formation et la manière dont cette dernière est dispensée : cours pendant les vacances scolaires, passage du lieu de stage en école au lieu de formation à l’ESPE sur le temps de la pause méridienne, demande de produire des autorisations d’absence quand les stagiaires sont en stage dans leur école au lieu d’être en formation à l’ESPE...

- L’évaluation et la nécessaire clarification de celle-ci : sur quoi et comment les stagiaires seront évalués à l’ESPE ? Cet inconnu est vécu comme une pression très importante de la part de l’ESPE sur les stagiaires.

- La formation adaptée : les représentants du personnel de la FSU ont ici insisté sur l’état d’esprit dans lequel se trouvent les stagiaires par rapport à la mise en œuvre de ce parcours. Ils étaient enthousiastes au sortir des commissions académiques qui les ont reçus pour prendre en compte leurs parcours antérieurs. Cette enthousiasme a laissé place à un immense sentiment de déception, de trahison et de décalage lors de la découverte des propositions concrètes qui leur étaient faites : pas de parcours adapté réellement en lien avec les besoins des stagiaires pointés lors des commissions, crainte quant à la charge de travail énorme qui leur est demandée cette année, sentiment de refaire des choses qu’ils ont déjà validées ultérieurement (mémoire, CLES, C2i2e...). Les représentants des personnels de la FSU ont également dénoncé les conditions dans lesquelles ces parcours ont été signés par les stagiaires. Ils ont signalé à M. le Recteur le mépris, l’infantilisation, la pression vécus par les stagiaires à ce moment-là.

- La situation des M2B a également été évoquée. D’une part, les représentants des personnels de la FSU regrettent qu’un contrat n’ait pas pu être proposé équitablement à tous les étudiants dans la même situation (rappelons ici : étudiants ayant validé le M1 MEEF mais n’ayant pas réussi le concours). Ce qui a pour effet de plonger certains d’entre eux dans un grand désarroi financier car sans ressource financière liée à ce contrat et sans possibilité de poursuivre leurs missions d’Emploi d’Avenir Professeur (ces étudiants sont inscrits en M2), il leur est difficile de s’assumer financièrement seul et beaucoup sont dans des situations très difficiles. D’autre part, la FSU a dénoncé l’affectation de certains de ces étudiants sur des postes d’enseignants spécialisés alors que pour les stagiaires, des recommandations nationales ont été faites pour éviter ce genre de situation. Les M2B ont des craintes pour l’année prochaine : se retrouver dans la même situation que les M2A de cette année et devoir revalider des UE déjà validées cette année.

- Les questions financières : les représentants des personnels de la FSU ont demandé à ce que les stagiaires ne soient plus accueillis en août, sans percevoir de frais de déplacement alors même qu’ils deviennent officiellement professeurs des écoles stagiaires le 1er septembre. De plus, les représentants des personnels de la FSU ont dénoncé le retour à un recrutement à l’échelon 1 qui signifie une perte importante de revenu pour ces stagiaires précédemment recrutés à l’échelon 3. Enfin, la question des indemnités de déplacement a été soulevée avec la demande de laisser le choix aux stagiaires alternants d’opter pour l’indemnité forfaitaire de 1000€ ou pour les indemnités de stage relevant de l’arrêté du 20 décembre 2013.

Réponses du recteur :

M. le Recteur, président du comité de suivi de la réforme de la formation des enseignants a été clair : il applique les textes et à ce titre, toutes les demandes relevant du cadre national n’ont pas été commentées. Il s’agit entre autre, des questions du recrutement des professeurs des écoles stagiaires à l’échelon 1, du cadre national des formations dispensées au sein des MASTER MEEF (arrêté 27 août 2013) notamment de l’article 19 qui précise que « chaque étudiant réalise un mémoire de master qui doit avoir un contenu disciplinaire et de recherche en relation avec la finalité pédagogiques et les pratiques professionnelles ».

En ce qui concerne la mise œuvre académique, M. le recteur souligne que les difficultés rapportées lors de cette audience sont au-delà de ce qu’il imaginait. Selon lui, il n’est pas simple de mettre en place une formation alternant volet professionnel et formation à l’ESPE qui n’existait pas encore dans le pays. Ainsi, l’angoisse de cette année vécue par les stagiaires ne peut être empêchée car il s’agit d’une première année de mise en œuvre. Toutefois, M. le recteur entend que ce « qui a déjà été fait ne doit pas être refait » et que les services ont un travail de clarification important à mener dans les plus brefs délais. De plus, il souligne les difficultés rencontrées quant à la mise en place d’une formation pour les enseignants qui apparaît encore trop illégitime au sein des universités.

Concrètement, M. le recteur maintient sa position concernant la réalisation d’un mémoire qui selon lui est central dans la formation. « Un mémoire n’en vaut pas un autre ». Cependant le cahier des charges fixant les modalités de réalisation du mémoire est en cours de finalisation et il devrait prendre en compte les remarques faites lors de cette audience pour que les attendus sur cet écrit et la charge travail qui en découlera ne soit pas ingérable et insupportable pour les stagiaires. D’ores et déjà, il a été indiqué que les attendus en terme de nombre de pages ne dépasseraient pas 35.

Concernant la personnalisation de la formation adaptée, M. le recteur se félicite des 472 entretiens individuels réalisés dans l’académie. Il souligne que peu d’académies ont reçu chaque stagiaire lors d’entretiens individuels. Il était important que les parcours adaptés soient travaillés. Néanmoins, les contraintes de calendrier (cours de M1 MEEF dispensés à l’ESPE quand les M2 sont en classe) et le manque de budget ont rendu impossible l’application des conclusions des commissions académiques !

Sur le point des UE en langues et informatique qu’il est demandé aux stagiaires de suivre, M. le recteur nous a répondu que les services de l’académie fouilleraient ce point particulier n’excluant pas un allègement des UE si ces dernières comprenaient des dimensions disciplinaires. En effet, la dimension didactique doit être au centre des apprentissages des stagiaires pendant cette année de formation, il n’est pas question pour M. le recteur d’alléger les UE de ces dimensions-là.

Concernant les critères d’évaluation, les règlements des examens sont normalement disponibles dans les ESPE depuis le 1er septembre. Concernant le suivi des stagiaires, il y aura deux périodes de suivi formatif, en novembre et fin mars avec une autoévaluation de stagiaires qui doit permettre aux tuteurs d’apprécier les écarts entre les perceptions du stagiaire et celles de l’ESPE. Dans un troisième temps, le tuteur académique émettra également un bilan qui sera suivi par un avis synthétique. Ce suivi sera effectué via une application « ASTUCE » qui existait déjà dans le secondaire et qui est harmonisé cette année dans le premier degré. Les bilans seront visibles par les stagiaires. L’échelle d’appréciation retenue cette année se décline ainsi : « En cours d’acquisition », « En bonne voie », « Vigilance nécessaire ».

Pour les M2B, M. le recteur nous fait savoir que seules deux académies (Créteil et Grenoble) ont choisi de proposer un contrat à ¼ temps aux détenteurs d’un M1 MEEF qui ont échoué au concours 2014 rénové. Ce dispositif est expérimental cette année et demandera à être évalué. Ainsi, il ne sera peut être pas reconduit l’année prochaine. Globalement, une solution sera présentée à tous les étudiants qui n’ont pas pu avoir de ¼ temps : des stages de pratique accompagnée leur seront proposés. Concernant la situation des étudiants EAP de l’année dernière à qui l’administration n’a pas trouvé de support à ¼ temps, un suivi particulier sera effectué et si des possibilités de contrat s’ouvrent, ils leurs seront proposés. Une précision a été apportée sur les Obligations Réglementaires de Service que doivent accomplir ces étudiants contractuels : étant en formation initiale, ils ne doivent pas faire d’animation pédagogique, ils sont toutefois tenus de réaliser ¼ temps des APC, conseils des maîtres, conseils d’école... Une information en ce sens a déjà été transmise aux 5 départements de l’académie. Quant à l’affectation d’étudiants contractuels sur des postes d’enseignants spécialisés, ceci est une erreur qui ne devrait pas se reproduire.

Pour les stagiaires lauréats du concours 2014 exceptionnel, alors que les représentants des personnels dénonçaient l’absence de formation proposée à ces collègues, M Martin (Ressources humaines) a démenti, en indiquant qu’une formation de 100 h avait été décidée au niveau du rectorat et que les DSDEN auraient à la mettre en place. Les représentants des personnels de la FSU ont indiqué que cette formation n’apparait dans aucun plan de formation départemental. Un rappel sera fait aux services départementaux et les représentants des personnels de la FSU seront vigilants à l’application de cette formation.

Enfin, concernant les frais de déplacement les services de l’académie sont toujours en attente des circulaires d’application. Aucun versement ne sera effectué tant que ces dernières ne seront pas parues. D’autre part, la demande des représentants des personnels de la FSU ne semble pas être prise en compte. Aucune possibilité de choisir entre l’indemnité forfaitaire de formation et les frais de déplacement tels que décrits dans l’arrêté du 20 décembre 2013 ne sera offerte aux stagiaires.

En conclusion, M. le recteur a défendu sa position d’exigence car il croit en l’alternance et en la professionnalisation de la formation initiale. Cependant, il a bien pris en compte le manque de clarté et d’informations à l’égard des étudiants et des stagiaires et il veillera à plus de visibilité les concernant.

Pour les représentants des personnels de la FSU, cette audience n’a pas été satisfaisante et ils continueront à dénoncer les aberrations de la mise en place de la formation dans notre académie que vous nous ferez remonter, lors de nos différentes rencontres. De plus, ils s’inquiètent sur la surcharge de travail qui est demandée d’une façon générale aux stagiaires M2 : comment peut-on imaginer une entrée sereine dans le métier combinant une responsabilité de classe à mi-temps et formation si dense à l’ESPE ? Ainsi, les représentants des personnels de la FSU continueront à porter au niveau national l’exigence d’une entrée dans le métier ne dépassant pas le 1/3 temps en responsabilité de classe.

André Hazebroucq (SNUipp-FSU 07) et Anne-Sophie Garroté (SNUipp-FSU 26)

 

32 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 07 Maison des syndicats 25 Av. de la gare 07000 PRIVAS
- Tél : 04 75 64 32 02
-  Fax : 04 75 64 43 38

GIF - 45.3 ko

snu07@snuipp.fr

Permanences à la section tous les jours de 9h à 12h30 - 13h30 à 17h

le mercredi permanence téléphonique de 10h à 12h et de 14h à 16h

Où se trouve la section du SNUipp-FSU 07 ? Voir le plan

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de l’Ardèche, tous droits réservés.